SociétéValérie Pécresse, une voix pour la France

17 février 2022
https://i0.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2022/02/lR_valerie_pecresse_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Plus de quarante élues de droite défendent la candidature de Valérie Pécresse après son meeting de dimanche, après lequel la candidate LR à l’élection présidentielle a été critiquée pour sa prestation, et notamment la qualité de sa voix.

Assez ! Les critiques envers notre candidate Valérie Pécresse se cantonnent depuis trop longtemps sur son prétendu défaut d’incarnation physique pour mener une campagne présidentielle. Tout y passe : les uns raillent le ton de son élocution, les autres la qualité de sa voix. L’acmé a été atteint dans les commentaires du meeting de La Villette ; la démonstration d’une mobilisation enthousiaste, la jeunesse conquise par la défense de la France, tout cela a été méprisé, balayé par des commentaires acerbes sur Valérie Pécresse.

Alors, ce serait aux professionnels des chaînes d’information en continu de distiller les bons et les mauvais points sur la présentation de notre candidate ?

Non. L’élection présidentielle n’est pas une émission de téléréalité. L’enjeu est bien plus important, puisqu’il en va de l’avenir de notre pays, une nouvelle fois au carrefour des chemins entre le renoncement incarné par Emmanuel Macron et la renaissance portée par Valérie Pécresse.

Faut-il que notre candidate soit une telle menace pour la réélection déjà annoncée d’Emmanuel Macron, au vu de tous les efforts déployés pour la décrédibiliser ou la ridiculiser ? Tout est fait pour qu’au deuxième tour, un amateur soit opposé au pouvoir en place, pour l’y maintenir.

Etonnamment, ces mêmes scrutateurs étaient plus complaisants lorsqu’ils entendaient Emmanuel Macron s’égosiller en platitudes lors de la campagne de 2017 et tenir, lui, des discours réellement hystériques.

Notre féminité s’affirme lorsque la candidate se refuse à ce que Marianne, celle qui nous incarne, se retrouve voilée. Nous ne voulons pas de l’islam politique. Nous n’accepterons jamais que nos enfants soient éduqués de la manière dont les barbus de Roubaix et de tant d’autres villes abandonnées par Emmanuel Macron l’entendent. Nous voulons nous vêtir comme bon nous semble, aller et venir librement sans qu’aucun territoire de la République ne nous soit interdit. Le choix que nous ont légué nos mères, nous entendons le transmettre à nos filles. C’est bien cela l’enjeu de cette campagne présidentielle, que l’absence du candidat Macron entend occulter.

Nous n’accepterons jamais non plus la marchandisation de nos corps avec la GPA que la réélection d’Emmanuel Macron annonce.

Nous voulons un sursaut et nous nous engageons résolument derrière notre candidate, celle qui a choisi de redonner la parole aux Français.

Qu’importe que sa voix soit raillée ; ce qui nous importe c’est celle de la France, afin qu’elle porte à nouveau dans le concert des nations. Ce qui nous occupe, c’est de redonner la voix aux Français par un référendum d’initiative populaire.

Nous souhaitons une confrontation des idées afin que les Français aient le choix entre deux visions de la société.

Nous n’entendons pas que notre candidate soit réduite à des commentaires aussi sexistes que vulgaires et réducteurs.

Face à ces attaques, c’est bien notre ardeur à faire campagne pour Valérie Pécresse qui est décuplée !

Jacqueline Eustache-Brinio, Sénatrice du Val d’Oise
Annie Genevard, Députée du Doubs, Vice-Présidente de l’Assemblée nationale
Pascale Gruny, Sénatrice de l’Aisne, Vice-Présidente du Sénat
Catherine Deroche, Sénatrice de Maine-et-Loire, Présidente de la Commission des Affaires sociales
Valérie Boyer, Sénatrice des Bouches-du-Rhône
Alexandra Borchio Fontimp, Sénatrice des Alpes-Maritimes
Muriel Jourda, Sénatrice du Morbihan
Laurence Garnier, Sénatrice de la Loire-Atlantique
Marine Brenier, Députée des Alpes-Maritimes
Else Joseph, Sénatrice des Ardennes
Bérengère Poletti, Députée des Ardennes
Françoise Dumont, Sénatrice du Var
Frédérique Puissat, Sénatrice de l’Isère
Marie-Christine Chauvin, Sénatrice du Jura
Claudine Thomas, Sénatrice de la Seine-et-Marne
Constance Le Grip, Députée des Hauts-de-Seine
Florence Lassarade, Sénatrice de la Gironde
Isabelle Raimond-Pavero, Sénatrice d’Indre et Loire
Dominique Estrosi-Sassone, Sénatrice des Alpes-Maritimes
Béatrice Gosselin, Sénatrice de la Manche
Nathalie Serre, Députée du Rhône
Martine Berthet, Sénatrice de la Savoie
Christine Lavarde, Sénatrice des Hauts-de-Seine
Catherine Belrhiti, Sénatrice de la Moselle
Kristina Pluchet, Sénatrice de l’Eure
Catherine Procaccia, Sénatrice du Val-de-Marne
Brigitte Micouleau, Sénatrice de la Haute-Garonne
Edith Audibert, Députée du Var
Marie Mercier, Sénatrice de la Saône-et-Loire
Chantal Deseyne, Sénatrice d’Eure-et-Loir
Christine Bonfanti-Dossat, Sénatrice de Lot-et-Garonne
Laurence Trastour-Isnart, Députée des Alpes-Maritimes
Marie-Pierre Richer, Sénatrice du Cher
Anne Chain-Larché, Sénatrice de Seine-et-Marne
Agnès Canayer, Sénatrice de la Seine-Maritime
Toine Bourrat, Sénatrice des Yvelines
Catherine Dumas, Sénatrice de Paris
Joëlle Garriaud-Maylam, Sénatrice représentant les Français établis hors de France
Vivette Lopez, Sénatrice du Gard
Micheline Jacques, Sénatrice de Saint-Barthélemy
Nathalie Porte, Députée du Calvados
Anne-Laure Blin, Députée de Maine et Loire
Sandra Boëlle, Députée de Paris
Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise
Valérie Simonet, Présidente du Département de la Creuse

>> Lire la tribune sur LeJDD.fr

%d blogueurs aiment cette page :