François-Xavier Bellamy : « Gérald Darmanin tente encore de nous aveugler »

6 juillet 2023

Pour le député européen, ces émeutes sont le fruit d’un déni de réalité migratoire et de l’effondrement éducatif du pays que le gouvernement refuse d’assumer.

Quel bilan faites-vous des émeutes ?

Ces violences sont une partie visible du prix que paient les Français pour des années d’irresponsabilité politique. Le déni de réalité migratoire et l’effondrement éducatif sont les deux causes profondes de cette éruption. Rien ne serait pire que de se laisser endormir par les communiqués officiels qui rêvent d’une situation apaisée. Cet épisode n’était que l’émergence d’une lame de fond qu’il faut enfin affronter maintenant, si nous refusons qu’elle menace la survie même de la France.

Que vous inspire la réponse du ministre de l’Intérieur quand il refuse d’établir un lien entre ces événements et l’immigration ?

Le ministre de l’Intérieur tente encore de nous aveugler… Comme la gauche l’a fait longtemps, il s’abrite derrière des naturalisations récentes pour affirmer que les « émeutiers » sont français. Mais naturalisation ne veut pas dire assimilation, et cet épisode le prouve encore.

Quand ces délinquants crient leur haine de la France et brûlent son drapeau, quand les quartiers qui font sécession sont ceux qui concentrent le plus de population d’origine immigrée, quand l’Algérie ou la Turquie demandent ironiquement que leurs ressortissants soient protégés des policiers français, comment Gérald Darmanin peut-il refuser de voir l’évidence ?

Comment les autorités françaises devraient-elles répondre aux critiques de l’ONU sur « les profonds problèmes de racisme et de discrimination parmi les forces de l’ordre » en France ?

Ce communiqué est révoltant. Les policiers et les gendarmes risquent leur vie chaque jour pour protéger tous les Français ; en attaquant les forces de l’ordre, l’ONU, comme LFI et certains médias, encouragent un chaos dont les plus vulnérables sont les premières victimes. Si ce Haut-Commissariat s’intéresse vraiment aux droits de l’homme, qu’il s’inquiète d’abord de l’enfer subi chaque jour par les habitants des quartiers soumis à l’emprise des islamistes et des trafiquants.

Quel sera l’impact de ces émeutes sur le texte immigration ?

Pourquoi attendre la rentrée ? Il n’y a pas une minute à perdre pour fermer les vannes d’une immigration hors de contrôle qui déstabilise en profondeur notre société. Les Républicains ont une proposition législative claire et complète pour y parvenir tout de suite. Avec Éric Ciotti, Olivier Marleix et Bruno Retailleau, nous avons demandé une rencontre avec le président de la République pour pouvoir la mettre à l’agenda le plus rapidement possible : il n’a jamais répondu. Alors que les enquêtes montrent que plus de 70 % des Français soutiennent nos propositions, il est révoltant que ce soient le président et sa majorité qui empêchent le pays d’avancer.

Avez-vous le sentiment que le chef de l’État répondra à ces urgences ?

Je ne peux que l’espérer pour mon pays mais je constate que le déni prime toujours. Au Parlement européen, les députés macronistes ont mené une croisade contre nous parce que nous avons obtenu que l’Europe finance les infrastructures protégeant nos pays des flux migratoires illégaux. La majorité ne veut pas affronter ce sujet, peut-être aussi pour échapper à sa responsabilité…

Sous la présidence d’Emmanuel Macron, la France a délivré plus de titres de séjour que jamais auparavant : près de 500.000 personnes sont arrivées l’an dernier. Impossible de ne pas faire le lien avec les récentes émeutes… Il suffit d’écouter les maires des villes saccagées pour mesurer le problème.

L’un d’entre eux me confiait que des dégradations avaient été commises par des mineurs isolés placés dans sa commune où ils ne cessent d’arriver chaque semaine. Comment ces quartiers pourraient-ils échapper à une déstabilisation très profonde ? Tout le monde voit qu’il est urgent d’agir, sauf la gauche et le gouvernement, unis pour empêcher toute reprise de contrôle…

Comprenez-vous la déception de nombreux maires après leur réception à l’Élysée ?

Tous ces maires ont passé des jours et des nuits sans dormir, avec les forces de l’ordre et les pompiers, pour protéger leurs villes et tenter d’éviter le pire. J’ai été impressionné, en retrouvant plusieurs d’entre eux, par leur courage malgré l’épreuve immense qu’ils ont traversée. Ils sont les héros discrets et fidèles d’une France qui tient grâce à eux, cette fois encore. Mais ils ont été écœurés de cette rencontre : le président les a fait parler sans jamais rien leur répondre… Cette réunion de pure communication, c’était la mise en scène de l’abandon des élus désormais seuls en première ligne.

Vous aviez pointé l’importance du problème de l’éducation comme moteur des violences, quelle est la solution ?

Je tente d’alerter depuis plus de dix ans, parmi bien d’autres professeurs ; mais rien ne change. Nos dirigeants savent tout, et ne font rien. D’après les statistiques publiques, un jeune sur cinq à 18 ans lit difficilement le français. Des millions de jeunes grandissent dans ce pays sans apprendre à le connaître, sans maîtriser les savoirs les plus fondamentaux. Comment cela pouvait-il aboutir à une autre conséquence que cette désintégration absolue ?

Maintenant, l’essentiel n’est pas seulement de reconstruire les dizaines d’écoles brûlées, mais de leur rendre leur mission : transmettre à tous les enfants les éléments essentiels de la culture, de la connaissance, des repères moraux nécessaires pour une vie civilisée et une participation utile à la vie de la société. Il faudra du courage, de la lucidité, de la persévérance, mais cette urgence du long terme est seule primordiale. Tant que l’obsession du gouvernement sera la dispersion des savoirs fondamentaux, l’éducation sexuelle et l’écocertification des élèves, nous perdons un temps vital.

Des réseaux sociaux aux cagnottes, l’influence grandissante des plateformes numériques inquiète. Comment gérer ces évolutions ?

Là aussi, c’est un sujet d’éducation. Le monde de l’immédiateté a pris la place du travail de la transmission. L’écran remplace le livre. Et un moment comme celui-ci montre le potentiel de violence que déchaîne cette déculturation, l’abrutissement et la brutalisation qui naissent de cette fascination pour l’immédiat. Ce serait une erreur d’accuser l’outil au lieu de voir qu’il n’est que le symptôme d’un effondrement éducatif. Lutter contre l’asservissement de l’attention des jeunes aux écrans suppose de comprendre qu’il est le résultat du vide intérieur que l’échec de l’école a laissé prospérer.

>> Lire l’interview sur LeFigaro.fr

%d blogueurs aiment cette page :