Education

LES CONSTATS

Niveau scolaire préoccupant : les résultats du Programme international pour le suivi des acquis (PISA) – qui compare les connaissances des élèves de 15 ans de 79 pays – révèlent que le niveau scolaire en France est loin derrière les pays les plus performants. Après avoir fortement baissé, les résultats des élèves français ne s’améliorent pas depuis la dernière enquête de 2016.

Effondrement de la maîtrise de notre langue : aujourd’hui en France, 7 % de la population adulte âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en France est en situation d’illettrisme. La dictée du ministère de l’Education nationale démontre que le niveau baisse dramatiquement : les élèves de CM2 font sept fois plus de fautes d’orthographe en 2015 qu’en 1987.

Inégalités scolaires massives et blocage de l’ascenseur social : selon l’enquête PISA, les inégalités scolaires sont toujours aussi fortes. La France est l’un des pays qui concentre le plus la difficulté scolaire au sein de certains établissements. Les adultes dont les parents sont diplômés de l’enseignement supérieur ont 14 fois plus de chance d’être également diplômés de l’enseignement supérieur que ceux dont les parents ont un niveau d’éducation moins élevé. Dans une étude de juillet 2018, l’OCDE considère qu’il faut six générations aux enfants des familles modestes (les 10% les moins riches) pour atteindre le revenu moyen, la France étant l’un des pays d’Europe où la mobilité sociale est la plus faible.

Dévalorisation de l’apprentissage et de l’enseignement technique : seuls 7% des 16-25 ans se tournent vers l’apprentissage. C’est deux fois moins qu’en Allemagne (15%).

Accompagnement insuffisant des élèves en situation de handicap : le gouvernement ne fait que le strict minimum sur ce sujet alors que le nombre d’enfants en situation de handicap a triplé en vingt ans. Les familles dénoncent un accompagnement inadapté et des personnels formés à l’accueil et au suivi de ces enfants trop peu nombreux et mal payés.

Insécurité au sein des établissements scolaires : selon la DEPP, 442 incidents graves sont signalés chaque jour dans les collèges et lycées de France. Selon l’enquête Pisa, la France est l’un des trois pays (sur 79) où il y a le plus de problèmes de discipline pendant les cours : un élève sur deux fait état « de bruit et de désordre dans la plupart ou dans tous les cours ». Des milliers d’enseignants ont réagi sur Twitter en partageant leur expérience par le hashtag #PasDeVague, révélant ainsi de nombreux cas de violence passés sous silence. Les professeurs doivent pouvoir assurer leurs missions de transmission dans un cadre serein. Les élèves doivent apprendre dans un environnement apaisé où l’autorité du professeur est respectée.

Atteintes à la laïcité : il y a eu quelque 900 signalements pour atteintes à la laïcité en milieu scolaire, entre avril et juin 2019, avec une augmentation de 37% dans le primaire. Une enquête de l’Ifop de septembre 2019 indique que 37% des musulmans résidant en France veulent que la laïcité s’adapte à l’islam parmi lesquels 49% de jeunes de moins de 25 ans.

NOS PROPOSITIONS

Refonder les programmes pour assurer l’apprentissage des fondamentaux (lecture, écriture, mathématiques et éducation civique) pour tous les élèves. Cela passe nécessairement par l’augmentation hebdomadaire des heures consacrées aux fondamentaux, une refonte de la formation des enseignants et l’utilisation de méthodes qui ont fait leur preuve.

Transmettre la fierté d’être Français, notamment dans les programmes scolaires en renforçant l’enseignement chronologique de l’Histoire de France.

Inciter les enseignants les plus expérimentés à enseigner dans les établissements en difficulté grâce à des primes.

Faire de l’enseignement technique et de l’apprentissage le grand chantier des dix prochaines années : rappelons que 89 % des jeunes ayant bénéficié d’un apprentissage trouvent un emploi. Autoriser l’apprentissage dès 14 ans pour valoriser les jeunes qui ont un projet professionnel précoce. En finir avec le collège unique qui est inadapté pour de nombreux jeunes qui décrochent du système scolaire. Mettre en place une exonération totale des charges salariales pour l’embauche d’un jeune en alternance.

S’assurer de l’équité dans l’accès à l’éducation. Les territoires ruraux ne doivent pas être exclus des réseaux d’éducation prioritaire. Refuser toute fermeture de classe dans les territoires ruraux.

Créer un statut unique d’accompagnant à l’inclusion scolaire, mieux rémunéré, pour les auxiliaires de vie scolaire (AVS) et les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).

Rétablir la discipline dans les établissements scolaires. L’école doit redevenir un sanctuaire et non un lieu de violences quotidiennes. Nous proposons de responsabiliser les parents en suspendant les allocations familiales des élèves absentéistes ou violents. Les élèves turbulents doivent être systématiquement sanctionnés. Nous proposons de remplacer les mesures d’expulsion temporaire par des travaux d’intérêt général au sein des établissements scolaires.

Installer des systèmes de vidéoprotection et de contrôle d’accès dans les établissements scolaires.

Faire respecter la laïcité pendant le temps scolaire en interdisant le port du voile par les accompagnants scolaires et en interdisant le voile à l’université.