CommuniquéImmigrationPour Éric Ciotti la politique migratoire du gouvernement est une bérézina

27 janvier 2023
https://i0.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2023/01/lR_eric_ciotti_02_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Le président des Républicains s’insurge contre le défaitisme de l’État en matière d’immigration. Ce renoncement est prouvé par les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur. Malgré les discours et les déclamations, la situation continue de se dégrader. Cet échec est l’aboutissement de l’inefficacité et de la naïveté de nos politiques nationales et européennes.

Les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur démontrent que la politique migratoire du gouvernement est une bérézina :

Les étrangers affluent en France :
Hausse de 17% du nombre de titres de séjour délivrés en 2022 par rapport à 2021,
Hausse de 31,3% des premières demandes d’asile,
Hausse de 8% des décisions d’accord (+20,7% par rapport à 2019),
Hausse de 45% de l’immigration économique,
alors que les mesures d’éloignements sont beaucoup trop faibles,

– baisse de 35,16% du nombre de mesures d’éloignements exécutées par rapport à 2019 (+15% par rapport à 2021).

et que les régularisations augmentent de 8%, pour des motifs économiques salariés ou la régularisation de travailleurs sans papiers.

L’immigration relève d’une logique imparable : plus l’afflux d’étranger est important, plus ils sont nombreux à rester sur le territoire, qu’ils soient en situation légale ou non.

En proposant la régularisation des « métiers en tension », le projet de loi Darmanin-Dussopt prend acte de la politique fataliste et impuissante qui prévaut depuis 10 ans.

Il traduit le défaitisme de l’État qui faute d’être capable de maitriser l’immigration s’en accommode et use d’un prétexte peu crédible au regard du nombre de demandeurs d’emplois pour opérer une régulation massive qui ne dit pas son nom.

Pour Éric Ciotti, la maitrise de l’immigration suppose des intentions fermes et des actes clairs.

La maitrise des flux migratoires impose de reconduire effectivement les immigrés illégaux au lieu de les régulariser. L’obtention d’un titre de séjour doit être conditionnée à une volonté d’intégration concrète démontrée par les candidats, qu’il s’agisse d’étudiants ou de motifs économiques. Le regroupement familial n’est pas une justification suffisante.

Éric Ciotti
Président des Républicains