Fiscalité et dépense publiqueRachida Dati : « Impôts et inflation, les Parisiens seront punis deux fois »

11 octobre 2022
https://i0.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2021/10/lR_rachida_dati_20210905_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Avant la tenue du Conseil de Paris, la maire LR du 7e fait le bilan de la politique d’Anne Hidalgo.

Des migrants ont pénétré dans la Mairie de Paris vendredi pour demander des logements. Est-ce acceptable ?

Cela fait des années qu’Anne Hidalgo proclame «Paris, ville ouverte aux migrants» et qu’elle ne met en place aucune politique ni en matière d’accueil ni en matière de sécurité. La conséquence, ce sont des campements sauvages, une augmentation de la délinquance de survie et, il faut avoir le courage de le dire, des agressions sexuelles et des viols de rue. Maintenant, même ceux qu’elle a fait venir lui demandent des comptes.

Gérald Darmanin a ordonné le démantèlement d’un camp de crack à Paris et assuré du rétablissement de l’ordre public. C’est aussi ce que vous constatez ?

Cette explosion du crack est le bilan de la mairie de Paris. Cette majorité a laissé prospérer le trafic sans se soucier ni des causes ni des conséquences. Nous avons demandé à la mairie d’ouvrir des centres de désaddiction au crack dont le seul but doit être le sevrage. Par cynisme, elle a décidé d’ouvrir des salles de shoot qui ont conforté les addictions et généré des drames à la fois pour les toxicomanes et les riverains. Le démantèlement est nécessaire mais pas suffisant. Le sevrage et l’éloignement sont les seules solutions, sans quoi Paris demeurera la proie du crack et des trafiquants.

Les trafics touchent de plus en plus les mineurs isolés. Comment agir ?

C’est une réalité aggravée par le refus de la mairie de Paris de respecter la législation qui consiste à recenser tous ceux qui se prétendent mineurs. Cela permettrait de détecter tous ceux qui ne le sont pas ! Le refus de faire ce recensement encourage des faux mineurs à utiliser abusivement ce statut pour se protéger, aussi, des conséquences pénales de leurs actes. Cette situation est devenue intolérable à Paris dans un silence assourdissant de la mairie !

Comprenez-vous la décision d’Anne Hidalgo d’éteindre plus tôt la tour Eiffel ?

Les économies d’énergie, oui pourquoi pas. Ce qui est cynique, c’est que la sobriété énergétique est un prétexte, comme ce fut le cas avec le Covid pour cacher des années de désastre financier.

Six groupes de travail ont été créés à l’hôtel de ville pour préparer le budget et trouver 250 millions d’euros d’économie. Quels sont les leviers pour y parvenir ?

Le budget 2022 était insincère comme nous l’avions anticipé. Ces groupes de travail sont un écran de fumée destiné à gagner du temps et à forcer le gouvernement à combler le déficit, qui n’est lié ni au Covid ni à la guerre en Ukraine. Les Parisiens seront punis deux fois en payant de nouvelles taxes et en subissant les augmentations nationales. Tout cet attelage de gauche, qui a fait élire Anne Hidalgo en 2020, sera comptable de la situation exsangue de la ville de Paris.

La mairie de Paris a décidé de suspendre la destruction d’arbres, parfois centenaires, près de la tour Eiffel. La remerciez-vous ?

Le projet de la mairie de Paris de détruire le Champ-de-Mars et ses abords n’est pas complètement stoppé. Nous poursuivons le combat contre ce qui est une aberration écologique et financière. La mairie de Paris a reculé sur certains points. Mais nous ne pouvons pas accepter cette destruction patrimoniale et écologique. La mairie doit arrêter de vendre à la découpe notre patrimoine historique et collectif. Je remercie les associations et les Parisiens d’être à nos côtés pour faire reculer définitivement ce projet.

La mairie de Paris a décidé de ne pas diffuser la Coupe du monde de foot. Est-ce justifié, selon vous ?

J’aurais voulu entendre la mairie de Paris dénoncer ce qu’elle trouve aujourd’hui inacceptable au moment de l’attribution de la Coupe du monde. Car je rappelle qu’Anne Hidalgo a salué l’attribution de la Coupe du monde en faisant l’éloge du Qatar et du président du PSG. Ce double discours signe l’hypocrisie permanente. Dans ce cas, le PSG doit-il être encore associé à Paris ?

Édouard Philippe milite dans Le Parisien pour bouger sur les retraites et réduire la dette publique. Est-ce si différent de LR ?

La différence est qu’il a été premier ministre. Il a été incapable de faire cette réforme et a fait exploser la dette. Par ailleurs, je ne crois pas que quelqu’un qui a provoqué le mouvement des « gilets jaunes » soit capable de comprendre le quotidien des Français qui vont travailler chaque matin. La situation est trop grave. Il faut poursuivre la réforme ambitieuse des retraites que nous avions lancée dès 2010.

Qui soutiendrez-vous à LR ?

Les valeurs de droite sont majoritaires en France. Je suis fidèle à ma famille politique, mais l’enjeu, quel que soit celui qui deviendra président, c’est qu’il soit capable de convaincre demain une majorité de Français que la droite est utile au pays. Cela ne se fera pas en faisant table rase du passé.

Selon Bruno Retailleau, Nicolas Sarkozy serait un homme du passé. Est-ce que cela vous choque ?

Nous devons être fiers de notre passé sans en faire une limite mais un tremplin. Nicolas Sarkozy fait partie du meilleur, à nous de faire mieux demain.

>> Lire l’interview sur LeFigaro.fr