Etat et collectivitésValérie Pécresse : « Un Président est là pour faire »

31 mars 2022

Ce jeudi 31 mars, Valérie Pécresse était aux côtés de Bruno Retailleau pour présenter les 100 premiers jours du quinquennat Pécresse.

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui, nous sommes à 10 jours du premier tour de l’élection présidentielle. Le 10 avril prochain, les Français seront appelés à se prononcer sur le chemin que nous emprunterons et sur les orientations que nous prendrons pour les cinq prochaines années. Nous sommes à un carrefour de notre histoire. Notre pays est au pied du mur.

Depuis 5 ans, notre pays a affronté des crises. Des crises toujours plus nombreuses, toujours plus graves dont certaines, comme celles des Gilets Jaunes, ont été causées par un pouvoir arrogant et méprisant, un pouvoir déconnecté de ce que vivent les Français. Mais alors que la guerre frappe à nouveau notre continent, le constat est là : notre pays est affaibli comme jamais après ces 10 années de quinquennats Hollande-Macron. Ce bilan, vous le connaissez : immigration totalement incontrôlée, montée importante des violences, services publics essentiels à bout de souffle et explosion de la dette.

Après ces années de renoncements et d’inaction, je présente un projet de rupture qui permettra de reconstruire la France, une France plus forte, plus libre, plus juste. Il est temps de mettre un terme à l’impuissance publique qui paralyse notre pays. Ce projet, contrairement à tous mes adversaires, il est rigoureux, construit, chiffré. Ce projet, ce ne sont pas des belles paroles et de vaines promesses. Ce projet, je le mettrai en œuvre car ce que je propose, c’est une autre méthode de gouvernance. UN PRÉSIDENT N’EST PAS LÀ POUR PLAIRE, IL EST LÀ POUR FAIRE. LE VOILÀ MON CREDO EN POLITIQUE.

Si nous tenons cette conférence de presse aujourd’hui avec Bruno Retailleau, c’est pour vous présenter très concrètement les premiers mois de mon mandat. Je tiens d’ailleurs à le remercier pour le formidable travail qu’il a mené. Merci cher Bruno d’avoir si méticuleusement préparé les premières étapes de ma présidence. Avec moi, il n’y aura pas de faux-semblant, pas de louvoiements, pas de demi-mesure : nos premiers mois seront entièrement consacrés au redressement national dont notre pays a tant besoin. Avec moi, les Français savent à quoi s’attendre. Je leur dis clairement ce que je ferai. Dans toutes les missions ou mandats qui m’ont été confiés, j’ai fait, j’ai tenu, je n’ai pas eu la main qui tremble.

Cet acte I de mon quinquennat, ces premières grandes réformes se dérouleront jusqu’au 15 novembre et seront divisées en 2 étapes :

– Une première étape entre l’investiture et les élections législatives ;
– Une deuxième étape après les élections législatives pendant laquelle des lois correspondant aux grandes priorités de mon quinquennat seront votées. Ces lois sont au cœur des préoccupations de nos concitoyens : protéger, éduquer et soigner.

Si les Français me font confiance, avant les élections législatives, je lancerai les grands chantiers et prendrai les décisions réglementaires urgentes pour notre pays.

Sept grandes initiatives seront lancées sans attendre

– Je souhaite que le sommet européen prévu fin juin soit consacré à la protection des intérêts de l’Europe et des européens et qu’y soit traitées les grandes questions qui permettront de mettre un terme à la naïveté européenne et de bâtir une Europe puissante et protectrice : la protection commerciale et industrielle avec un « small business act» et un « buy european act », la coopération européenne en matière de défense, la lutte contre l’immigration illégale et contre le réchauffement climatique avec l’objectif de créer une véritable taxe carbone aux frontières.

– Je lancerai la revue stratégique en matière de défense pour retrouver notre souveraineté militaire et préparer la future loi de programmation militaire.

– Je lancerai la première conférence sociale et salariale car je tiendrai la mesure phare de mon quinquennat : l’augmentation des salaires de 10%. Les Français n’auront pas à attendre et verront augmenter les salaires de 3% dès 2022. Je le ferai.

– Je lancerai la conférence de simplification, pilotée par le ministre chargé de la simplification, pour comprendre les besoins des branches professionnelles, des collectivités, des citoyens, des usagers qui seront recueillis au niveau des départements pour être le plus proche possible du terrain. La réforme de l’État est une réforme au long cours qui doit être lancée immédiatement après ces dix années de renoncements.

Je lancerai une grande conférence « libertés locales » avec toutes les collectivités territoriales pour un acte fort de décentralisation. Je veux en effet conclure avec elles un pacte de liberté et de confiance, comme je l’ai annoncé à Chartres. La définition des transferts de compétences ne saurait se faire sans concertation étroite avec les collectivités locales. Je confierai en parallèle au Président du Sénat une mission sur l’avenir de la Nouvelle Calédonie.

Un audit de la situation de l’ensemble des comptes publics sera organisé avec le concours de la Cour des Comptes. Il portera non seulement sur les dépenses mais aussi sur les recettes. Je serai particulièrement vigilante sur les recettes de l’Etat. La lutte contre la fraude fiscale et sociale sera une priorité absolue car cette fraude, c’est du vol. Je confierai ce portefeuille à un ministre délégué.

Je lancerai l’Elysée de l’environnement pour rétablir la trajectoire de lutte contre le changement climatique en vue de la COP 27 prévue en novembre 2022 à Charm el-Cheikh.

Je profiterai également de cette période pour prendre de grandes décisions réglementaires intéressant le pouvoir d’achat de nos concitoyens et leur sécurité.

Un premier décret baissera les cotisations salariales d’assurance vieillesse pour l’ensemble des salariés et des agriculteurs : ce sera le début de la mise en œuvre de ma mesure de hausse de 10% des salaires nets.

– Dans le domaine de l’énergie, le décret limitant à 50% la part du nucléaire dans notre mix électrique sera abrogé et le développement de l’éolien terrestre sera subordonné à une concertation obligatoire de l’autorité locale dont les conclusions s’imposeront aux porteurs de projet. Nous avons besoin du nucléaire pour atteindre le seul objectif qui vaille : zéro carbone en 2050. Enfin, un décret organisera à titre temporaire la déconnexion entre le tarif régulé de l’électricité sur le marché intérieur français et le prix du marché de gros européen.

Dans le domaine régalien, les circulaires de l’ancienne Garde des Sceaux, Mme Belloubet, en date du 25 mars 2019 et du 20 mai 2020, relatives respectivement au contrôle judiciaire des mineurs et à l’exécution des peines seront abrogées. La justice et les sanctions doivent s’appliquer à tous, aux adultes comme aux mineurs. Je l’ai dit, avec moi, ce sera l’impunité zéro : toutes les sanctions doivent être exécutées, y compris les courtes peines. La circulaire de l’ancien ministre de l’intérieur, M. Valls, sur la régularisation des étrangers sans-papiers sera également abrogée. Une nouvelle circulaire sera adressée aux préfets pour mettre un terme définitif à toutes les régularisations d’étrangers entrés en France de manière irrégulière.

– Pour conforter la vitalité du monde rural, une circulaire interdira les fermetures d’écoles ou de classes en milieu rural sans l’accord du maire.

– Enfin, la réforme de la haute fonction publique annoncée par Emmanuel Macron sera abrogée. Le corps préfectoral, le corps diplomatique et les corps d’inspection seront rétablis pour remplacer les cabinets privés. Je veux des serviteurs de l’État loyaux et impartiaux pour défendre les intérêts de la France. J’ajoute qu’ils sont au moins aussi compétents que les cabinets privés pour effectuer l’immense majorité des missions de conseil et d’audit pourtant confiées aujourd’hui à prix d’or à ces cabinets privés.

Avant les élections législatives, le Conseil des ministres adoptera le projet de loi de révision constitutionnelle auquel s’adosse la charte constitutionnelle de l’ordre républicain.

– Je vous ai présenté l’essentiel de ce texte la semaine dernière : il s’agit d’un projet de loi constitutionnelle portant protection de l’ordre républicain, avec une charte de l’ordre républicain. Ce document sera complété par deux dispositions relatives aux libertés locales : l’inscription dans la Constitution de la clause de compétence générale des communes et l’attribution du pouvoir réglementaire aux collectivités territoriales pour l’exercice de leurs compétences.

– Enfin, et conformément avec ce que j’avais annoncé le 13 février, je suis favorable à un véritable référendum d’initiative populaire. Je vous avais fait part, la semaine dernière, de ma volonté d’élargir le champ d’application de l’article 11 de manière à ce que le référendum puisse intervenir en toute matière, hors révision de la Constitution naturellement. Mais l’article 11 doit également être aménagé pour permettre un vrai référendum d’initiative populaire, les conditions actuelles du référendum d’initiative partagée étant beaucoup trop restrictives.

– Naturellement, c’est en application de l’article 89 de la Constitution que sera opérée cette vaste révision constitutionnelle.

Après les élections législatives, s’ouvrira une nouvelle période

5 projets de loi fondateurs seront immédiatement soumis au Parlement :

– Projet de loi éducation qui sera notamment l’occasion de donner plus d’autonomie à nos établissements
– Projet de loi santé qui permettra notamment de lancer l’initiative des doctors juniors
– PLFR qui permettra notamment de réaliser la réforme des droits de succession et donations et de revaloriser le travail
– Le PLFSSR qui permettra notamment de lancer la réforme des retraites et faire l’indexation automatique des retraites sur l’inflation.
– Le projet de loi sécurité intérieure et justice qui permettra notamment de garantir l’impunité zéro.

Un référendum sera également soumis au peuple français : il s’agit du projet de loi pour mettre un terme à l’immigration incontrôlée. Il sera soumis au vote du peuple français en application des dispositions de l’article 11 de la Constitution tel que modifié par la révision constitutionnelle dont je vous ai déjà parlé.

Contrairement à Emmanuel Macron, je crois à la concertation, à l’intelligence collective. Les corps intermédiaires ont été méprisés durant ces cinq dernières années. J’ouvrirai donc une grande consultation des partenaires sociaux pour réfléchir aux modalités de la réforme des retraites et je lancerai une convention en faveur de la jeunesse.

Je laisse maintenant à Bruno Retailleau le soin de vous présenter les grands textes qui seront inscrits à l’ordre du jour du Parlement après les élections législatives ainsi que le calendrier général des 6 premiers mois de mon mandat.

%d blogueurs aiment cette page :