SociétéValérie Pécresse : « On a des solutions efficaces et pas brutales »

23 mars 2022
https://i0.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2022/03/lR_valerie_pecresse_20220228_02_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Ce mardi 22 mars, l’hebdomadaire Valeurs Actuelles organisait avec « Les Eveilleurs » une soirée de débat au Palais des Sports de Paris. Valérie Pécresse a échangé avec Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction du journal, devant plus de 4 000 lecteurs.

« Quand on a tenu 9 mois face à la rue et qu’on a fait 70 évacuations de facs, on n’a pas peur de venir débattre ! » Valérie Pécresse ne s’est pas démonté face au Palais des Sports de Paris, lorsqu’elle est apparue sur la scène, pour échanger avec Geoffroy Lejeune, entre les applaudissements et quelques huées. Venue exposer son programme aux lecteurs de l’hebdomadaire de droite, elle en a profité pour tacler le président-candidat sur ses méthodes de meetings, faisant référence à un pseudo-débat d’Emmanuel Macron à Poissy, au cours duquel les invités posaient des questions bien définies à l’avance. Au contraire, Valérie Pécresse n’a pas peur du débat : « Emmanuel Macron va dans des salles avec des gens triés, là on peut remarquer que je n’ai pas trié la salle ».

Interrogée sur ses divergences de programme avec Emmanuel Macron, Valérie Pécresse a pu énumérer les sujets. « On veut pas déconstruire l’Histoire de France, on n’a pas la même vision des Français » et « jamais nous ne dirions qu’on veut emmerder une catégorie de Français », a-t-elle lancé. Mais elle s’est aussi démarqué de ses opposants à l’extrême droite : « la droite et l’extrême droite c’est pas exactement la même chose, on a des solutions efficaces et pas brutales ».

Elle a rappelé avoir toujours été la surprise des élections, que ce soit lors de la primaire de la droite ou lors des régionales de 2021. Il est évident que, face aux alternatives chimériques proposées par Marine Le Pen et Eric Zemmour, Valérie Pécresse est la seule à être en mesure de gagner. Emmanuel Macron l’a bien compris, elle est « la femme à abattre depuis janvier, contre laquelle se concentrent toutes les attaques ». Aucun autre candidat aux régionales ne faisait face à 5 ministres macronistes…

Assurant que « le 10 et le 24 avril c’est le destin de la France qui se joue » Valérie Pécresse s’est interrogée : « Est-ce que demain on sera encore une grande nation, unie autour d’un certain nombre de valeurs ? »

Pour terminer, Valérie Pécresse a réconcilié la salle sur la nécessité de débattre et d’offrir à la France une autre possibilité qu’un second quinquennat d’Emmanuel Macron. « Si on est là ce soir, c’est parce qu’on veut remplacer Emmanuel Macron et qu’on ne croit pas aux sondages, et qu’on ne veut pas se faire voler cette élection, ça au moins c’est un point d’accord entre nous », a-t-elle lancé aux quelque 4 000 spectateurs. Or, pour remplacer Emmanuel Macron, il faut avoir le courage de dire, mais surtout le courage de faire !

%d blogueurs aiment cette page :