SociétéValérie Pécresse : « La politique, c’est une passion »

23 mars 2022
https://i0.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2021/12/lR_valerie_pecresse_20210828_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

« La politique, c’est une passion, une passion extrêmement violente. » Valérie Pécresse était l’invitée de Xavier de Moulins ce mardi 22 mars lors du 19:45 sur M6.

« Je défends le programme de la vraie droite »

« Moi, la politique que j’aime, c’est une politique comme celle qu’on fait là aujourd’hui, où vous me questionnez, vous m’interrogez, vous allez me chercher. C’est ça que j’aime. » Passionnée par la politique depuis ses 14 ans, Valérie Pécresse est une battante qui a gravi les échelons jusqu’au poste de ministre sous le gouvernement Sarkozy. Ce qu’elle aime c’est le débat, le contradictoire, l’échange de points de vues, d’opinions, d’idées… Exactement l’opposé de la campagne proposée par Emmanuel Macron. Elle explique : « moi, ce que je n’aime pas, c’est quand on n’accepte pas le débat démocratique par exemple, quand on n’accepte pas de se soumettre à la contradiction, ça c’est le pouvoir comme je ne l’aime pas ».

Seule candidate à proposer une alternative crédible, sérieuse et en mesure de dépasser le second tour, Valérie Pécresse défend « le vrai programme de droite ». Loin des zig-zag du président-candidat, loin des mesures brutales et inapplicables de l’extrême droite, seul le projet de Valérie Pécresse peut relever la France.

Sur le sujet des salaires, par exemple, Valérie Pécresse refuse l’idée que l’assistanat paie autant que le travail. Pourtant, dans certaines circonstances, il est préférable pour un Français de se contenter du système d’aides plutôt que de trouver un travail. Ce système n’est plus tenable, il est grand temps de revaloriser le travail ! Il est temps que les salaires payent plus que l’assistanat ! Dès le mois de juin, Valérie Pécresse mettra en place « une hausse de 3% du salaire », c’est à dire que pour une personne qui gagne 1400€ nets, ça fera 500€ de plus par an ! Sur la totalité du quinquennat, Valérie Pécresse prévoit une hausse de 10% sur les salaires nets.

La fin des déserts médicaux

Pour en finir avec les déserts médicaux, Valérie Pécresse a « un projet ambitieux et très concret ». Elle a évoqué deux mesures phares : « je créerai des alliances de santé dans les territoires et je déploierai 4000 docteurs juniors dans les zones carencées ». Il n’est plus possible que les Français habitant dans les territoires ruraux ou délaissés par les médecins ne puissent plus accéder à des soins basiques. Attendre 5 jours pour obtenir un rendez-vous, ou devoir faire plusieurs dizaines de kilomètres pour de trop nombreux Français aujourd’hui.

De plus, le projet de Valérie Pécresse annonce une 4ème année de formation pour les internes en médecine générale, qu’ils passeront dans les territoires où il manque des médecins. La revalorisation salariale doit aussi concernée les médecins : la consultation passera à 30 € pour les généralistes. Mais les aides-soignants et les infirmiers ne sont pas oubliés, des facilités seront instaurées pour leur permettre d’évoluer professionnellement et leur donner plus de responsabilités en matière de soins.

Un grand plan de lutte contre la pauvreté des enfants

« Il faut mettre fin aux inégalités scolaires ». Le constat est sans appel : étudier dans une école parisienne ou dans une école de banlieue ou de campagne n’offre pas les mêmes chances pour les élèves. Il faut soutenir les écoles qui sont le plus en difficultés. Mais le programme d’Emmanuel Macron et de son ministre actuel Jean-Michel Blanquer est illisible.

Voici un gouvernement qui supprime les mathématiques en première, puis les réintroduits dans le programme deux ans plus tard. Ca va, ça vient, ce n’est plus un programme, c’est une salsa ! Valérie Pécresse rappelle l’importance des matières fondamentales : « je mettrai deux heures de plus de français et une heure de mathématiques en plus par semaine en primaire ». De plus, un examen d’entrée en sixième sera réalisé par tous les élèves « parce que c’est fondamental de savoir lire, écrire, compter en rentrant en sixième ».

Au delà de l’école, il faut soutenir les enfants au quotidien. « Je veux un grand plan de lutte contre la pauvreté des enfants : soutien scolaire gratuit, repas à 1€ à la cantine, allocations dès le premier enfant, hausse des allocations familiales de 15% et défiscalisation des pensions alimentaires des mamans célibataires. » L’école de la République doit offrir les mêmes chances à tous les enfants !

%d blogueurs aiment cette page :