SociétéChristian Jacob : « Le 4 décembre, nous serons rassemblés »

2 novembre 2021

Notre président Christian Jacob était, ce matin, l’invité d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC.

Vous le savez, notre Congrès pour désigner notre candidat à la présidence de la République aura lieu début décembre. Les candidats ont jusqu’à ce soir pour déposer leurs parrainages. Ce congrès est « une procédure de rassemblement : « nos candidats sont tous les jours sur le terrain pour rencontrer les militants ». L’état d’esprit est « très bon ». Le candidat de notre président sera celui « qui sera désigné le 4 décembre lors du Congrès ».

La situation des pêcheurs est insupportable, « ils sont à chaque fois pris en otage par le gouvernement britannique et par le gouvernement français ». Notre président déplore le comportement du président de la république : « ce n’est pas en prenant des positions de matamore qu’on résoudra le problème ».

Emmanuel Macron dépense sans compter l’argent des contribuables Français : « chaque semaine, il fait une annonce qui n’est pas inscrite au budget ». Par exemple, aujourd’hui il annonce le « Contrat engagement jeune », c’est un « chèque sans provision de plus qui ne changera rien à la situation des jeunes ». Contrairement au président de la République, « nous voulons baisser la dépense publique ». Nous proposons de « donner plus de souplesse aux collectivités territoriales dans l’embauche de fonctionnaires en facilitant l’emploi contractuel ».

Les coups de communication du président de la République sont hypocrites : « alors qu’il n’a fait aucune réforme de structure en quatre ans et demi, ce n’est pas à 6 mois de l’élection présidentielle qu’il doit se préoccuper de l’immigration, des jeunes, de la sécurité, du pouvoir d’achat, de l’emploi, de l’énergie… ». D’ailleurs, sa position sur le nucléaire a changé, « le Président nous dit aujourd’hui qu’il faut relancer le nucléaire alors qu’il nous annonçait il y a 2 ans qu’il fermerait 14 réacteurs ». Il faut de la cohérence, « chez les Républicains nous avons toujours tenu le même discours ».

Enfin, notre président a vivement dénoncé l’acharnement judiciaire dont victime Nicolas Sarkozy, « cela n’a jamais été le cas pour personne ». Cet acharnement est « ressenti par tous les Français ».

%d blogueurs aiment cette page :