Etat et collectivitésChristian Jacob : « Le Premier ministre devient le meilleur carburant du RN »

12 mai 2021
https://i1.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2019/12/lR_christian_jacob_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Attaqué par Jean Castex dans les colonnes du Parisien sur la situation des régionales en PACA, le président des Républicains réplique.

Très énervé par les propos du Premier ministre sur les régionales en Paca, le patron de la droite accuse l’exécutif de faire monter le vote RN tout en rappelant son soutien à Renaud Muselier.

La semaine dernière, la droite a étalé ses divisions sur le sujet des régionales en Paca. N’est-ce pas le retour de la « droite la plus bête du monde » ?

Il n’y a pas de divisions. La position que j’ai défendue — aucun accord avec LREM à quelque niveau que ce soit — a été votée en commission nationale d’investiture notamment par Renaud Muselier, puis en conseil national à plus de 90 %. C’est ça la réalité des choses !

Dans une interview lundi au Parisien, Jean Castex se dit « sidéré » par « l’exceptionnelle violence » des LR dans l’affaire en Paca. N’a-t-il pas raison ?

Est-ce que le Premier ministre prend pleinement conscience des mots qu’il utilise lorsqu’il parle de « violence » ? Pour moi, la violence est ce que subissent chaque jour les policiers et les gendarmes, ce sont les affrontements de bandes rivales, ce sont les femmes qui meurent sous les coups de leurs conjoints !

Il indique vouloir un rapprochement entre LREM et LR et assure que les discussions se poursuivent. Vous confirmez ?

Avec moi, il n’y a, en tous les cas, jamais eu aucune discussion. Je n’ai aucun contact avec ce monsieur. Nous ne partageons pas la même vision politique. L’explosion de la violence, l’immigration incontrôlée, la pauvreté, l’endettement, l’effondrement de notre balance commerciale, la gestion catastrophique de la crise sanitaire : monsieur Macron et ceux qui l’accompagnent, dont monsieur Castex, ne peuvent pas s’exonérer de cela. Sous la Ve République, jamais un parti présidentiel n’a été aussi faible. Aux dernières municipales, les Français ont confié 2 % des villes à LREM et 50 % à LR. Ça a été vécu par Macron et Castex comme une humiliation. Ils en sont réduits à être une force d’appoint ou à jouer sur leurs capacités à faire perdre.

Comment réagissez-vous aux sondages qui donnent Thierry Mariani (RN) vainqueur au second tour des régionales en Paca ?

Je pose une seule question : est-ce que les manœuvres menées depuis l’Elysée par monsieur Solère, par monsieur Attal, par monsieur Castex affaiblissent ou renforcent Renaud Muselier ? Moi, mon soutien à Renaud est sincère et indéfectible et il le sait.

Indéfectible même en cas d’accord avec LREM ?

Jamais je n’appellerais à voter pour une autre liste. Je ne vais pas appeler à voter pour le RN, pour la gauche ou l’extrême gauche ! Mon soutien est sans manœuvre, sans tactique, sans arrière-pensée. Les Français veulent de la clarté. Ils ne veulent pas de petites combines, d’un Premier ministre qui signe le décret de la recomposition politique depuis son bureau à Matignon. La démocratie a ses règles : au 1er tour on choisit, au 2e on élimine. Entre gribouilles et sauve-qui-peut, le Premier ministre devient le meilleur carburant du RN.

À entendre Jean Castex justement, vous ne feriez pas la différence entre la majorité présidentielle et le RN…

Ma filiation chiraquienne et les combats politiques que je mène depuis 25 ans dans ma ville, dans ma circonscription contre le RN et toutes les démagogies d’où qu’elles viennent font que je n’ai aucune leçon à recevoir de quelqu’un qui n’a jamais, ou très peu, mené de combats politiques ! Lorsque je suis allé soutenir Jean-Marc Pujol dans sa ville contre le RN, il était où le Premier ministre ? Il attendait tranquillement sa nomination à Matignon. Avec un courage dont tout le monde se rappellera : il envoie sa lettre de démission de LR le jour où le président de la République l’assure de sa nomination ! C’est ça un Premier ministre courageux ?

Christian Estrosi, qui a claqué la porte du parti, peut-il rester tête de liste LR dans les Alpes-Maritimes ?

La question mérite d’être posée. Mais dans un département où nous avons la plus grosse fédération de France en nombre de militants, c’est à Renaud Muselier, en accord avec les élus LR, de faire le choix le plus opportun.

Que pensez-vous de la candidature d’Éric Dupond-Moretti dans les Hauts-de-France ?

La présence très médiatisée d’Éric Dupond-Moretti dans les Hauts-de-France n’est-elle pas là pour focaliser les débats sur le RN plutôt sur les projets régionaux ? Et donc, par conséquent, à augmenter les suffrages en direction du RN ?

Partagez-vous le constat d’une tribune qu’auraient rédigée des soldats anonymes sur le risque de « guerre civile » dans Valeurs Actuelles ?

Ce qui est certain, c’est qu’il y a un effondrement de l’autorité de l’Etat. Le fait que des militaires sortent de leur devoir de réserve est révélateur de ce malaise profond. Après, je ne suis pas adepte des tribunes anonymes. Ce n’est pas vraiment dans ma culture.

>> Lire l’interview sur LeParisien.fr

%d blogueurs aiment cette page :