SociétéAurélien Pradié : « La France, premier pays des libertés ! »

29 avril 2021
https://i1.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2020/02/lR_aurelien_pradie_02_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Crash du bitcoin, fin des Gafa, black down, éradication des coronavirus… A quoi ressemblera 2025 ? La France est redevenue championne des libertés, anticipe Aurélien Pradié qui, avec 50 autres personnalités, a imaginé à quoi ressemblerait l’actualité du n°3000 de l’Opinion, le 30 avril 2025.

L’Observatoire mondial des libertés vient de publier son classement de l’état des libertés publiques. Le résultat est sans appel et presque inespéré. La France, dont on rappelle qu’elle avait dégringolé au 13e rang à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron, a retrouvé la première place mondiale.

Processus démocratique, contrôle de l’action du gouvernement par le Parlement, consultation des citoyens par référendum, libertés individuelles dont celle des déplacements, liberté d’entreprendre, liberté d’expression et de la presse, liberté économique constituent les critères principaux de ce classement exigeant. Pour le président de la République, Monsieur F. B. – c’est au choix : optimiste, fidèle ou prémonitoire –, ce classement sonne comme une réussite politique.

Respiration. Dès sa première allocution à l’Elysée, il annonçait cinq réformes visant à redonner à la France la respiration dont elle avait tant manqué : réforme des institutions et de la décision politique, reconquête des libertés publiques et individuelles, reconquête des valeurs républicaines et de la laïcité, liberté d’entreprendre et des entreprises, plan pour la cohésion sociale et les réussites. A la veille de l’anniversaire de sa troisième année de mandat, F. B. semble avoir réussi son pari : rassembler les Français autour d’un idéal retrouvé, la Liberté.

Avis aux lecteurs : pour certains acteurs politiques, la fiction est un exercice plaisant. Les plus impuissants des politiques sont d’ailleurs souvent les plus inspirés en la matière. Pour moi, la fiction est un exercice laborieux. Anticiper ce que sera l’actualité en avril 2025 relève du défi. En acceptant de m’y prêter, j’avais deux choix : puiser dans mes cauchemars ou puiser dans mes rêves. J’ai choisi les rêves. Nous sommes déjà copieusement servis pour ce qui est des angoisses. Il y a donc dans ce papier imaginaire deux « rêves » : l’un est dans le thème que j’ai choisi, l’autre dans l’acteur principal que j’ai préféré. Un rêve en forme d’initiales…

>> Lire l’article sur l’Opinion.fr

%d blogueurs aiment cette page :