Lutte contre le terrorismeDamien Abad : « Un petit texte pour un grand sujet »

4 février 2021
https://i2.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2019/11/lR_damien_abad_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Damien Abad, patron des députés Les Républicains, détaille les raisons pour lesquelles il votera contre le projet de loi défendu par Gérald Darmanin visant à renforcer les principes républicains. Les débats à l’Assemblée nationale doivent durer deux semaines.

Réimposer la laïcité, comme le dit Gérald Darmanin, ça va dans le bon sens, non ?

Bien sûr, mais il faut aller plus loin que réimposer la laïcité dans le discours. Les atteintes dans les services publics sont trop nombreuses et trop graves pour en rester aux principes généraux. Nous regrettons que le ministre de l’intérieur s’arrête en chemin. Nous, nous proposons de modifier la Constitution pour réaffirmer les valeurs de la laïcité. Certes, elle y est citée, mais nous pensons qu’il faut inscrire cette phrase : « Nul ne peut se prévaloir de son origine, de sa religion pour échapper à la règle commune ». Cela donnerait des outils juridiques clairs aux maires, aux directeurs d’hôpitaux et aux maîtres d’école pour répondre au dérive de l’islam radical. Je rappelle notre Etat de droit si l’on veut lutter efficacement contre l’islam radical. Il faut l’attaquer sous tous ses aspects. Or le projet du gouvernement comporte trop d’angles morts, d’abord parce qu’il refuse de traiter des sujets essentiels comme la radicalisation dans les hôpitaux, les prisons ou les universités et ne dit rien sur l’immigration.

Le compte n’y est pas pour vous ?

Le discours d’Emmanuel Macron aux Mureaux était courageux. Il avait trouvé le bon équilibre entre la lutte contre l’islam radical et la nécessité de soutenir tous les musulmans modérés, mais il est resté à l’état de discours. Son projet de loi est un petit texte pour un grand sujet. Le compte n’y est pas. Cela ne va pas assez loin sur certains sujets (immigration, terrorisme) et trop loin sur d’autres comme l’instruction en famille, une liberté injustement bradée. A l’arrivée, c’est un texte de renoncement qui manque d’ambition. Ce n’est pas un hasard s’il a changé de nom. Au début, on parlait de lutte contre l’islam radical, puis de séparatisme, et désormais il n’est finalement plus question que de « principes républicains ».

La signature d’une charte de l’islam de France, en marge de ce texte marque une vraie avancée ?

C’est bien, évidemment. Mais je crains une pétition de principe, un texte qui permette de se donner bonne conscience sans réelle efficacité. Je préférerais des mesures concrètes et immédiates sur la formation des imams et des aumôniers.

Les députés Républicains voteront donc contre ?

Oui, ce sera un vote contre sauf si le gouvernement retient nos amendements pour aller beaucoup plus loin. La volonté du ministre de l’Intérieur de lutter contre l’islam radical est réelle mais on voit bien que le gouvernement est gêné par sa majorité qui préfère le statu quo.

Concurrencée par le RN, la droite ne fait-elle pas de la tactique ?

Non. Si on avait un bon texte, on le voterait. Ce texte embrasse trop large et, en même temps, étreint trop mal. Quant au contre-projet d’interdire l’islamisme de Marine Le Pen, il est vague, anticonstitutionnel et complètement fumeux. Notre objectif est d’aller plus loin avec des propositions tenables et réalistes sans tomber dans le slogan.

>> Lire l’interview sur ParisMatch.com

%d blogueurs aiment cette page :