Fiscalité et dépense publiqueGérard Larcher : « Il faut plus qu’un plan, il faut un choc de relance »

16 septembre 2020

Gérard Larcher, président du Sénat et membre du conseil stratégique de notre mouvement, était l’invité de France Inter.

Pour lutter contre le coronavirus, « l’approche territoriale est la bonne approche : les préfets et les maires qui disposent du pouvoir de police. »

Le président du Sénat défend également cette approche territoriale pour le plan de relance : « si on ne déconcentre pas une part importante de ces crédits, ils ne seront pas effectifs ». De plus, « le plan de relance va être inclus dans le projet de loi de finance 2021. C’est un problème. Nous ne pourrons engager des crédits qu’à partir du mois de janvier prochain ».

Gérard Larcher demande des précisions sur la mise en œuvre de ce plan de relance : « il faut plus qu’un plan, il faut un choc de relance. Au-delà de l’annonce, il faut une mise en pratique ».

Interrogé sur le temps de travail et les réformes à mener par le gouvernement, le membre du conseil stratégique des Républicains a expliqué que « pour relancer, nous avons besoin de souplesse et d’adaptation ».

Gérard Larcher a défendu le déploiement de la 5G : « c’est une question de souveraineté. On ne peut pas laisser les équipementiers chinois dominer ce marché ». Il a défendu les territoires qui, pour certains, n’ont pas accès au numérique.

La situation sécuritaire de notre pays est inquiétante : « L’insécurité, ce n’est pas un sentiment, c’est une réalité vécue au quotidien. Nous attendons depuis deux ans, une loi de programmation sur la sécurité. »

%d blogueurs aiment cette page :