EcologieAurélien Pradié : « Emmanuel Macron s’amuse avec la convention citoyenne »

30 juin 2020
https://i1.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2020/02/lR_aurelien_pradie_02_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Aurélien Pradié, Secrétaire général des Républicains et député du Lot, était l’invité d’Oriane Mancini sur Public Sénat.

Le député est d’abord interrogé sur l’indépendance de la justice. Pour lui, il y a « un vrai sujet sur l’indépendance de la justice. Il y a des effets de castes. L’effet d’entre-soi, d’impunité. ». Le PNF est révélateur de ce problème d’indépendance : « Le PNF était un outil politique. Éric Ciotti a raison, il faut supprimer le PNF. » Cependant, il faut garder confiance dans la justice française : « Je fais confiance à la justice de mon pays mais faire confiance, c’est être exigeant. ».

Ensuite, le secrétaire général de notre mouvement s’exprime sur la réforme de l’hôpital et le Ségur de la santé. Il déplore le manque de réforme structurelle : « Réformer l’hôpital, ce n’est pas seulement des moyens. Il faudra des moyens mais il faudra aller plus loin, c’est une question d’organisation. ».

Le député évoque ensuite l’audition d’Agnès Buzyn, ancienne ministre de la santé, à l’Assemblée nationale. Il veut des réponses à ses questions : « Agnès Buzyn, c’est un naufrage politique. Elle a refusé d’assumer ses responsabilités une fois qu’elle avait quitté le navire. J’attends des explications. » Il considère qu’elle a été irresponsable pendant la crise : « Lorsqu’on est ministre de la santé et qu’on a conscience de la crise sanitaire, on ne se barre pas. C’est ce qui s’appelle avoir le sens des responsabilités. »

La journaliste pose des questions sur le tournant écologique d’Emmanuel Macron : « Les tournants chez Emmanuel Macron, je les sens assez peu. Ils sont tellement répétés que j’ai un peu de mal à y croire. Emmanuel Macron s’amuse avec la convention citoyenne pour le climat. » Notre famille politique est attachée à la protection de l’environnement mais « nous ne croyons pas en l’écologie punitive. La vision de la droite républicaine n’est pas la vision d’EELV »

Il rappelle que la mission de représentation est noble : « je tiens à la démocratie représentative ». Plutôt que de travailler sur la démocratie représentative, Emmanuel Macron devrait renforcer la démocratie parlementaire.

Le député du Lot dénonce le manque d’envies réformatrices du président de la république : « Emmanuel Macron n’a aucune volonté de réformer. C’est un mime. Il fait semblant d’être courageux et réformateur. »

Le secrétaire général de notre mouvement évoque le travail de fond mené sous la présidence de Christian Jacob : « il faut que la droite redise qu’elle est là pour transformer la société. » Les élections municipales prouvent notre parti renoue avec un rythme de victoire : « nous ne sommes pas morts et nous sommes solides là où Emmanuel Macron avait parié sur notre mort. »

%d blogueurs aiment cette page :