Etat et collectivitésChristian Jacob : « C’est le fait du Prince. Et pourquoi ne pas décaler les présidentielles tant qu’il y est ? »

25 juin 2020

Christian Jacob a été questionné sur France Inter ce matin, sur le portefeuille de 6 millards d’euros pour augmenter les salaires en hospitalier et en EHPAD.

Il déclare se méfier des annonces et des milliards sur l’hôpital. Il faut revoir la grille de salaire et le déroulement de carrière des hospitaliers, mais pas uniquement.

Il faut revoir la répartition personnel administratif/personnel soignant. En France on a une part beaucoup plus importante de personnel administratif par rapport aux soignants par comparaison à nos voisins étrangers. Les plateaux de soin, la complémentarité public-privé, la gouvernance tous ces éléments sont à revoir également.

Pour la cohérence et la faisabilité c’est aux partenaires sociaux de le dire. Reste à voir comment ces milliards vont être utilisés, comment ils vont être débloqués, sur quel calendrier… Il y a une annonce, mais pas de calendrier pour le moment à la connaissance M. Jacob. Sur les 300€ d’augmentation pour les infirmières et les aides-soignants

Ce n’est pas trop : « Il y a un retard et un décalage de rémunérations compte tenu des exigences pour le personnel soignant et notamment les infirmiers. ». C’est aussi vrai pour les médecins, les décalages entre praticiens hospitaliers et dans le privé sont difficilement explicables.

Sur les nouvelles règles du chômage partiel, pour Christian Jacob « Le chômage partiel est un bon outil, mais il faut en sortir. Il faut que la France se remette au travail ». Il faut aujourd’hui accompagner les entreprises. Le Président des Républicains n’est pas contre le chômage partiel. Mais il faut accompagner en trésorerie les secteurs qui peuvent redémarrer immédiatement. Il faut soutenir les fonds de roulement, c’est le cœur d’une entreprise. C’est pour cela que LR a proposé une année blanche sur les charges fiscales et sociales.

Sur le report des élections régionales après les présidentielles. C’est dommage que le Président n’y ait pas pensé depuis 3 ans. Durant ce temps, même sans le COVID , aucune politique économique n’a été menée. « Aujourd’hui, la France a le pire déficit public de la zone Euro. C’est le pire déficit commercial d’Europe. C’est le 25ème taux de croissance. Mais c’est aussi le taux le plus élevé des prélèvements obligatoires : nous avons passé la barre des 48% » + un niveau jamais-atteint d’endettement avant le covid avec 100% du PIB. Il n’est plus temps de décaler les élections pour faire le travail qui n’a pas été fait : « c’est le fait du Prince, pourquoi ne pas décaler les élections présidentielles tant qu’il y est ? ». Il y a un rendez-vous démocratique : « Le Prince décide et tout le monde va s’aligner ? En quoi les élections régionales empêchent de mener une réforme ? ». Rien n’a été fait en 3 ans, c’est de l’opportunisme politique et M. Jacob s’y opposera. Décaler une élection cela engage que certains investissements publics ne seront pas réalisés, décalés dans le temps. Or, le BTP et les Lycées, liés à la dépense publique seront paralysés.

ttps://twitter.com/chjacob77/status/1276054080620814336?s=21

Sur l’affaire Kohler, Christian Jacob explique que « Ce dossier a été classé très opportunément sans suite alors qu’il a été dénoncé en 2018 ». Aujourd’hui il est déclassé. L’indépendance du parquet national financier pose question. Cette décision a été prise dans une période d’intérim du parquet national financier. Nous nous étions posé la question de l’indépendance du parquet au moment de sa création sous François Hollande. C’est un « bras armé politique », nous l’avons vu dans l’affaire Fillon. Il a possiblement déjà subi des pressions.

%d blogueurs aiment cette page :