SécuritéEric Ciotti : « Il faut dire la vérité et arrêter l’immigration de masse »

16 juin 2020
https://i2.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2020/01/lR_eric_ciotti_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Ce mardi, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes a expliqué au micro d’Europe1 qu’il était choqué et préoccupé par ces violences à Dijon et Nice.

Il déclare qu’on pouvait s’y attendre : le ministre parle d’opération de « maintien de la paix » dans les quartiers pour rétablir l’ordre. Ce n’est pas anodin car c’est le vocable de l’ONU pour décrire un théâtre de guerre. Les quartiers sont devenus des zones de guerre.
Collomb alertait déjà sur ces communautés qui s’approprient ces quartiers sur fond d’islamisme et de trafic de drogue. Ce n’est que l’explosion de cette dérive et le gouvernement est resté impuissant à ce sujet.

Le RAID a fait revenir le calme, mais le mal est fait. C’est un théâtre de guerre :
Nous en sommes arrivés là pour plusieurs raisons :
– L’immigration La plupart des tchétchènes interpellés sont des demandeurs d’asile.
-Traffic de drogue il faut s’attaquer davantage à la consommation et appliquer les peines.
-Libérations de prison 15000 prisonniers en moins aujourd’hui dans les prisons françaises. En partie à cause des libérations à cause de la crise sanitaire.
Il faut avoir une réponse ferme contre la violence car les règlements de compte sont fréquents dans ces zones de non droit. M. Ciotti se dit favorable à la proposition faite par le gouvernement d’exclure les étrangers impliqués dans ces évènements, mais doute que le gouvernement le mette en place.
Des amendements ont cet égard eu déjà été soumis de nombreuses fois.
Ceux qui réclament l’asile politique pour être protégés ne doivent pas être des fauteurs de trouble. Or 132 000 demandeurs d’asile en 2019, sous le gouvernement Macron, c’est un record absolu et aucun n’est expulsé.
M. Ciotti se place contre la position de Marine Le Pen qui veut supprimer toute l’immigration, on ne peut arrêter tout. Il faut simplement limiter ce flux en nombre car nous n’avons pas la capacité d’intégrer ces personnes.
Le Ministre de l’Intérieur est fragilisé, il n’est plus légitime et sa réaction n’est pas à la hauteur du soutien que méritent les policiers.

%d blogueurs aiment cette page :