Travail et emploiDaniel Fasquelle : « L’État doit mettre ses actes en accord avec ses paroles »

2 avril 2020
https://i2.wp.com/republicains.fr/wp-content/uploads/2020/04/lR_daniel_fasquelle_1280x800.jpg?fit=1200%2C750&ssl=1

Daniel Fasquelle, vice-président de la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale et député du Pas-de-Calais, souhaite que le gouvernement clarifie le plan d’aide aux entreprises.

Que pensez-vous du plan d’aide aux entreprises?

Ces mesures sont indispensables, mais il y a eu beaucoup trop d’atermoiements. Il est nécessaire de clarifier le dispositif et de le compléter, comme je le demande depuis le 24 mars. La question du chômage partiel a été la plus problématique. On a demandé aux entreprises de reprendre le travail après leur avoir dit de tout arrêter. Les discussions tendues avec le secteur du BTP ont parfaitement illustré ce manque de lisibilité. Sur le terrain, la mise en œuvre du plan reste très inégale, chaotique, et la question du financement reste posée. De toute évidence, le gouvernement a sous-estimé les besoins. L’État doit mettre ses actes en accord avec ses paroles.

Votre proposition de loi pour la reconnaissance de l’état de catastrophe sanitaire n’a pas été retenue…

Malheureusement non, alors que cela aurait permis de faire intervenir les assureurs pour les pertes d’exploitation de nombreuses entreprises. La Fédération française des assurances s’est contentée de répondre qu’elle travaillerait avec le gouvernement « à la conception d’un produit d’assurance en cas de crise sanitaire majeure ». Tout cela est profondément choquant, car ce qui importe c’est la très grave crise que nous vivons aujourd’hui.

Quel risque avez-vous identifié sur les loyers des petites entreprises ?

Le président de la République avait annoncé leur suspension, mais aucun texte n’a donné corps à cette annonce. Sauf bonne volonté des bailleurs, les commerçants et indépendants seront tenus de payer. Si le confinement dure, de nombreuses boutiques sans aucune recette ne pourront pas se relever.

Pourquoi la responsabilité des chefs d’entreprise vous semble-t-elle engagée ?

Le gouvernement leur a demandé de prendre des risques non négligeables pour continuer à faire fonctionner les services essentiels. Leurs salariés sont donc très exposés. Les qualifier de héros ne suffira pas. Viendra le moment où le gouvernement devra rendre des comptes et nous expliquer pourquoi le confinement n’a pas été décidé plus tôt et pourquoi rien n’a été anticipé sur la fabrication du matériel de protection.

>> Lire l’interview sur LeFigaro.fr

%d blogueurs aiment cette page :